Interview de Marion Poirson-Dechonne Tsilla's univers

Marion Poirson-Dechonne est native de Montpellier. De formation Littéraire, elle a obtenu l'agrégation de Lettres Modernes, puis un doctorat ès Arts et Sciences de l'Art à la Sorbonne, consacré au théâtre dans le cinéma. Elle a été enseignante dans le secondaire, puis à l'IUFM (l'institut formant les futurs professeurs). Elle est actuellement maître de conférence de pratique de scénario et d'esthétique du cinéma à l'université Paul Valéry de Montpellier. Parallèlement à ses activités, Marion Poirson-Dechonne est l'auteure d'une cinquantaine d'articles sur le 7ème Art. Elle a aussi publié un roman policier aux Editions des Trabucaires sur la Vénus d'Ille, initulé Serial Vénus. Portrait de cette passionnée.

A quel âge avez-vous ressenti le besoin d’écrire ? 
7 ans. Mon premier poème.

Quels ont été vos premières sources d’inspiration ? 
Mes impressions. Mes sensations. Tout ce qui m’entourait. La nature, le jardin. Puis, plus tard, la seconde guerre mondiale et les camps.

Interview de Marion Poirson-Dechonne Tsilla's univers

Comment conciliez-vous votre passion et votre vie de femme? 
Difficilement.
Écrire est très prenant, très exigeant, et demande l’exclusivité.
Et j’ai du mal à tomber amoureuse aujourd’hui.

Selon vous, quelle est l’image de la femme en ce 21° siècle ? 
Très variée. Nous ne sommes plus confrontées à un modèle unique.
Tout semble possible. Les femmes me donnent une grande impression de force, d’énergie et d’inventivité. Elles survivent à tout.

Partagez-vous avec vos proches ce que vous écrivez ?
Assez peu.

Comment définiriez-vous votre style et s’est-il transformé au fil du temps ? 
Mon style est concis, mais visuel, imagé, marqué par le cinéma. Autrefois, il était plus travaillé.
Je me cherchais et j’essayais d’imiter mes auteurs de prédilection.
Aujourd’hui, j’ai appris à écouter ma propre musique. Libéré de ces influences, il est devenu plus instinctif.

Quels sont les éléments de vie qui ont induit vos choix littéraires (roman, essais etc.) ? 
Mes épreuves personnelles, d’abord : mort de mon petit frère, divorce, soucis pour l’éducation de mon fils. Je suis aussi marquée par la littérature (russe, italienne, américaine et latino-américaine).
Je préfère les romans anglais du XIXème siècle (Jane Austen, Thomas Hardy) à leurs équivalents français. Il serait difficile de tout citer, je lis énormément.
Le cinéma a lui aussi contribué à faire évoluer mes sujets et mon style.

Quels sont actuellement vos sources d’inspiration ? 
Il y a d’abord l’histoire : une ancienne passion, qui me permet de réfléchir sur le présent, le cinéma, qui nourrit mon imaginaire, la difficulté d’aimer, les luttes des femmes pour l’égalité et leurs soucis au quotidien, et certains faits divers qui mettent en évidence les crises de notre société.

Interview de Marion Poirson-Dechonne Tsilla's univers

Quelles difficultés rencontrez-vous dans l’élaboration de vos ouvrages ?
Quelques-unes sont d’ordre technique, mais la plupart viennent du manque de temps, qui m’oblige à laisser un manuscrit pour m’y replonger plus tard, car mon travail actuel et ma vie familiale me sollicitent beaucoup.

Quelle lectrice êtes-vous ? 
Une lectrice passionnée, insatiable, qui ne saurait imaginer un monde sans livres.

Quels sont vos projets littéraires ? 
Un autre roman policier, qui touche au thème de l’enfance, un roman historique sur le mythe de Faust, et la suite des aventures de Maguelone. Mais pour l’instant, je suis trop absorbée par mon métier.


Quels sont les acteurs que vous choisiriez pour interpréter vos personnages à qui confiriez-vous la réalisation ? 

Aucune idée. Je pense que mon choix se porterait vers de bons comédiens de théâtre, inconnus du grand public, auxquels j’aimerais donner une chance.

Quel est votre livre de chevet ? 
Il faut vraiment donner un titre ? Si par une nuit d’hiver un voyageur, d’Italo Calvino mais la liste en fait serait longue.

Dans l’histoire de l’humanité, quels sont les personnages que vous ont marqués ? 
Surtout les femmes, car il est difficile de vivre un destin de femme dans un monde dirigé par les hommes. Marie Curie, Sophie Scholl, sœur Emmanuelle, Valentina Tereshkova, la première cosmonaute, et Christa Mac Auliffe, tragiquement disparue dans l’explosion de la navette Challenger, Hildegarde Von Bingen, Emilie du Châtelet, Sofonisba Anguissola et Marguerite de Navarre.

Quels artistes vous touchent le plus ?
Fra Angelico, Dürer, Nicolas de Staël, Lucian Freud, Marc Chagall, les peintres et les musiciens des avant-gardes russes du XXème siècle, Mozart, etc.

Quel est votre plat catalan préféré ? 
Un trio : escalivada, poulet aux gambas, panellets. Et le chocolat a la pedra